Charlotte Pécheur • OA1257

Pays de la Loire

À domicile - Toutes espèces

Contactez-moi

06-14-94-57-18

Lundi au samedi, 9h-19h - Urgences : 7j/7

06-14-94-57-18

charlottepecheur@hotmail.fr

Charlotte Pécheur - Ostéopathe Animalier Biomécaniste

Équin, canin, félin, bovin, caprin, NACs

Ostéopathes Animaliers, Pays de la Loire (44)

Charlotte PÉCHEUR - RNA OA1257

SIRET : 922 653 175 00013

 

© Charlotte PÉCHEUR

Suivez-moi :
Articles

Vous trouverez sur cette page, mes "articles" correspondant à mes rélfexions sur des sujets qui me paraissent importants. Ils seront probablement amenés à évoluer au cours du temps, à l'image des découvertes scientifiques (et des miennes !).  

Chien

Action Ostéopathie Solidaire en Tanzanie

17/02/2024

Action Ostéopathie Solidaire en Tanzanie

Ça y est, il est temps de vous dévoiler ce projet ... Dans tout juste 4 mois je m’envolerai pour une magnifique expérience : une Action d'Ostéopathie Solidaire menée en Tanzanie : Tanz’Ostéo

 

Ce projet, je l'avais déjà en tête lors de mes années d’études : partir à l’étranger en mission humanitaire découvrir de nouvelles cultures, partager et échanger autour de l’ostéopathie animale… Grâce à @ufeoa.osteoanimalier, @oasolidaire et @ellywildadventures, cette idée planquée dans un coin de ma tête deviendra bientôt réalité

 

 

 

Tanz'Ostéo, c'est quoi ?

 

"Il s'agit d'un projet solidaire visant à pérenniser des actions sur le sol Tanzanien, intervenant surtout sur la faune locale (sauvage et domestique). Nous mettons également en place des partenariats avec des associations portées sur l’Humain.
Un projet de 10 jours, réunissant 20 étudiants et professionnels en ostéopathie animale, 1 vétérinaire et 1 guide Tanzanien qui vont agir ensemble.

Afin d’avoir un suivi régulier des soins ostéopathiques et vétérinaires, 2 à 3 opérations seront organisées par an. Les différentes périodes possibles pour effectuer le projet sont : Janvier - Juin - Novembre.

 

 

 

Au programme


De l’ostéopathie sur les animaux, bien sûr ! Chiens et chats du refuge Mbwa Wa Africa et bétail des tribus Maasaï. 

Nous offrirons des séances d'ostéopathie sur les divers animaux présents, afin d'apporter du confort et de sensibiliser toujours un peu plus. Nous apporterons également notre aide aux vétérinaires présents pour soigner les animaux domestiques et sauvages.

 

Dons de médicaments vétérinaires, fournitures scolaires, matériel sportif, etc.

Toute forme de don matériel est utile, qu'ils soient purement physique ou bien financier afin de fournir les gros mobiliers comme les bureaux d'école par exemple.

 

Découverte et soutien d'une association.

Permettre l'insertion professionnelle de personnes en situation d'handicap à travers des créations artisanales uniques.

 

Contribution à la conservation des animaux du Kilimandjaro Resource Center.

Découverte des centres de protection (rangers, fédérations, fondations, associations,etc.) et sensibilisation.


Découverte de la cuisine et culture locales.

Un bel échange culturel autour d'une cuisine locale.


Des moments d’échanges, de partage et de joie qui promettent d’être inoubliables !

 

 

 

Vous souhaitez nous soutenir dans ce projet ? 

 

  • En devenant partenaires : plusieurs formules possibles !

 

  • En partageant notre projet sur vos réseaux sociaux.

 

  • En faisant un don, une cagnotte en ligne a été créée via le lien ci-dessous : 

 

⇢   La cagnotte c'est par ici !   

 

➤➤ N’ayez pas peur de nous soutenir à votre échelle, quelles que soient vos possibilités, chaque centime compte et fera la différence !

 

Pour plus d'informations, n'hésitez pas à nous contacter !

 

Merci à tous pour votre soutien et n’hésitez pas à partager autour de vous ce magnifique projet.

L'échauffement

22/01/2024

L'échauffement

Ce temps perdu qui n'en est pas...

 

Combien de fois ai-je entendu : « Faire marcher son cheval 10-15min avant de travailler c’est long »

 

L’échauffement est nécessaire.

 

Il permet d’augmenter la T°C du corps, le préparer aux efforts à suivre, limiter les blessures et courbatures, favoriser une meilleure récupération, etc. 
C’est également un bon moyen de jauger de ses conditions physiques et psychologiques en vue de la séance. (Et parfois, c’est aussi lui laisser le choix du programme !)

 

« Nous, on ne s’échauffe pas avant de monter... »

 

Vraiment ? 

 

Lors d’une séance de longues rênes ou voltige, on ne se met pas d’emblée à courir et sauter. Et pourtant on a déjà bien plus bougé que lui avant d’entamer la séance.
Avant même d’arriver, il a fallu s’habiller, sortir de chez soi, marcher/conduire, ... 

 

Puis en le préparant :
• On fait des allers-retours pour amener le matériel, plus ou moins lourd
• On marche autour du cheval
• On lève/bouge les bras, se baisse, se relève, se rebaisse, se rerelève (on enlève la couverture, brosse, cure, met le matériel, etc.)

 

Pendant ce temps (disons au moins une dizaine de minutes…), notre cheval, lui, est resté immobile mais bizarrement, nous, on a tout de suite plus chaud.

➤➤ On s’est bel et bien échauffé finalement !

 

Si on ajoute à cela un cheval au boxe, le contraste est encore plus marquant. Sans oublier que, même si on est actif une fois en selle, il faut bien admettre que ses efforts musculaire et cardio-respiratoire sont souvent plus importants que les nôtres...

 

Alors, n’oublions pas tout cela quand nous programmons une séance, ce temps n’est pas perdu et l’ensemble de la séance s’en trouve amélioré car nous avons un cheval disponible. (Ce raisonnement s’applique en fin de séance bien sûr : c'est la récupération active)

 

Comme toujours, cela doit être adapté à chacun et à l’intensité de la séance à suivre !

 

PS : Attention, cheval au pré ne veut pas dire cheval qui se déplace suffisamment.

Si oui, tant mieux. Si non : pourquoi ?

Reste-t-il au râtelier toute la journée ? A-t-il des douleurs ? Une mauvaise entente entre congénères ? Autre ?
Des agencements sont possibles pour augmenter le temps de déplacement (autonome) quotidien. Mais ce n’est pas le sujet (un autre post ?)

 

PPS : l’échauffement est également valable pour les chiens !

Partenaire SCA

09/01/2024

Partenaire SCA

Pour bien démarrer cette nouvelle année, je suis très heureuse de vous annoncer que je suis officiellement partenaire en soins coopératifs animaliers !

 

Être partenaire SCA, ça signifie quoi ? 

 

Je m’engage à respecter l’intégrité émotionnelle et physique de tous mes patients.
Cela inclut le fait d’accepter que tous puissent pratiquer les soins coopératifs et/ou le médical training lors de mes consultations.
Je soutiens tout ce qui favorisera une diminution de stress et une implication consciente de votre animal lors du soin.

 

 

➤➤ Vous pouvez me retrouver sur l’annuaire des praticiens en SCA en cliquant sur ce lien :

 

https://www.soinscooperatifs.fr/trouver-un-partenaire

 

 
PS : on en parle beaucoup pour les chiens et chats mais c’est également valable pour les chevaux, vaches et n’importe quel autre animal ! 

2+2=11

15/12/2023

2+2=11

La science et ses incertitudes...

 

J’aime la science. J’avais pour habitude de ne me reposer que sur elle et plus précisément aux théories prouvées, mises en évidence (d’après ce que je savais à cet instant). Je me pensais matérialiste. 
Pourtant, depuis toute petite, j’ai cette sensation qu’il y a des choses qui nous dépassent, des intuitions, des ressentis qui ne s’expliquent pas.

 

Et puis il y a eu les maths et la physique, avec l’existence de plusieurs référentiels. Ceux des nombres complexes ou imaginaires par exemple.

 

C’est ainsi que 2+2=11, que la racine carrée de (-1) existe ou qu’au même moment un objet peut se trouver à la fois immobile et en mouvement suivant que l’on se place dans le référentiel de l’objet ou de quelque chose extérieur. Tout dépend de notre capacité à envisager l’existence de l’inconnu.

 

J’ai alors réalisé que j’étais surtout cartésienne dans l’âme. 

 

Des fois (souvent…), la science n’explique pas tout, ou pas encore. Parce qu’elle est comme ça la science, aussi indispensable et utile soit-elle. Elle évolue. En permanence. Rien n’est figé et chaque jour est ponctué de nouvelles découvertes et de réfutations de théories. Et on avance comme ça. Pour comprendre, petit à petit, ce que l’on fait et observe depuis des années sans savoir l’expliquer, par expérience. Il ne faudrait jamais la négliger, l’expérience. Car c’est bien souvent elle qui pousse la science à revoir ses positions : elles se complètent à merveille.

 

Je pense qu'il est important de savoir rester humble face aux innombrables savoirs qui restent encore à découvrir. Il n’y a pas si longtemps, l’idée d’une Terre ronde était inimaginable et Albert Einstein n’était qu’un fou.

 

 

Nous ne savons rien.

 

 

Une fois qu’on accepte ça, tout est plus facile. Car nous ne sommes alors qu’un réceptacle prêt à accueillir sans jugement la théorie la plus farfelue, du moins en apparence

 

 

Bienveillance, ouverture d’esprit et sens critique ne devraient toujours faire qu’un.

 

 

Focus sur les griffes

30/10/2023

Focus sur les griffes

Griffes trop longues, quelles conséquences ?

 

On en discute régulièrement en consultation : l’entretien des pieds de vos chiens, en particulier la coupe des griffes et des poils, est essentielle. La griffe, c’est quoi ? C’est la continuité de la dernière phalange, elle est innervée et vascularisée, elle est donc vivante et sensible !

 

Le risque premier et très fréquent des griffes trop longues est la cassure / l'arrachage d'une ou plusieurs griffes, nécessitant bien souvent un petit tour chez le vétérinaire et l'administration d'antibiotiques (oui, rien qu'avec une griffe trop longue...).

 

Outre ce cas traumatique, des griffes trop longues provoquent plusieurs problématiques

 

Le contact de la griffe avec le sol (contact non voulu par le chien, on ne parle donc pas ici d’un chien qui cherche ponctuellement à creuser ou agripper par exemple) provoque des sensations désagréables, des vibrations. Il va donc chercher instinctivement à positionner ses pattes et son corps pour faire en sorte qu’elles ne touchent pas le sol, sa proprioception s’en trouve également modifiée.

 

Lorsque le chien ne peut éviter le contact de ses griffes avec le sol, des tensions et déviations vont apparaître au niveau des structures de ses doigts (tendons, ligaments, os, etc.) puis à d’autres endroits (articulations plus hautes, colonne vertébrale, muscles).

 

➤➤ Suite à ces deux problématiques, le chien modifie son équilibre en adoptant une posture antalgique afin de soulager ces tensions et le cercle vicieux s’installe : la position antalgique n’étant pas physiologique, elle va également provoquer des tensions dans d’autres régions du corps, favoriser l'arthrose précoce donc des douleurs, une position antalgique et ainsi de suite. 

Remarque : à la réception des sauts (canapé, lit, voiture, sports canins), le poids peut être multiplié par 10. Avec la répétition et l’intensité du mouvement, une fatigue chronique des structures s’installe et le risque de blessure par rupture (fracture de fatigue) est réel. Voire même, si la griffe est réellement trop longue, il pourra se tordre un doigt rien qu’en descendant du canapé… Certains cas sont donc de réelles urgences !

 

 

Quelle est la bonne longueur ?

 

De manière générale, l’idée est que les griffes ne touchent pas le sol.
Oui mais (sinon ce serait trop facile…), l’observation peut être faussée suivant le positionnement de votre chien et/ou de ses aplombs et/ou de l’altération de ses structures… 


Un exemple : un chien ayant un pied plat aura plus facilement des griffes ne touchant pas le sol, cela ne signifie pas pour autant qu’elles sont à la bonne longueur.

Il conviendra donc de voir avec votre ostéopathe comment travailler autour de cette problématique pour (ré)-obtenir une statique et un fonctionnement optimal : a-t-il les pieds plats naturellement ? Ses structures sont-elles altérées ? Est-ce consécutif à la longueur des griffes ? À un mauvais positionnement ? Une atteinte anatomique ? Autre ? 

 

Dans certains cas, cela est nécessaire afin d'aider à la proprioception par exemple (pathologies neurologiques entre autres). 

 

➤ À noter que certains feront toujours un peu de bruit sans pour autant que cela soit anormal. La raison ? Comme nous, chaque individu a sa normalité, ses particularités physiques (plutôt lagomorphe par exemple ?), ses antécédents, etc. Le tout étant de toujours s'adapter au cas spécifique de votre animal pour l'accompagner au mieux.

 

On ajoutera que, sans problématiques spécifiques (voir plus haut), la longueur « parfaite » d’une griffe ne dépassera pas 1 à 2cm (longueur théorique toujours :  la seule longueur parfaite étant celle qui convient à VOTRE chien). Elles ne doivent donc ni toucher le sol, ni faire « clic-clic » à outrance… Je pense ne pas me tromper en estimant à plus de 90% les chiens dont les griffes ne remplissent pas ces critères. Oui, il y a du boulot ! Et c’est là que Valentine et Violette (@pattes_parfaites sur les réseaux sociaux) entrent en jeux pour vous aider à vous y mettre en solo ! N’hésitez pas, il y a une multitude de conseils et astuces. Et le must : bienveillance, consentement, et bon sens sont les maîtres-mots.

Lancez-vous, un entretien régulier permet une belle régression de la veine et du nerf, donc de la griffe.

 

Remarque : on le sait, une fois embarqué dans cette magnifique aventure qu'est l'entretien des pattes, on a tendance à vouloir faire toujours plus court. Attention cependant : des griffes trop courtes seront aussi délétères (mais il suffira alors d'espacer la coupe afin de leur laisser le temps de repousser).

 

➤ ➤ Comme d'habitude : la prise en charge ne peut être universelle et doit être adaptée à chacun.

 

 

Et les poils ? 

 

Aussi mignon que cela puisse être, ils peuvent leur causer bien des soucis : 

 

Cela amoindrit le contact des coussinets avec le sol, la proprioception en est donc altérée. La présence de poils augmente également le risque de glissades, le contact avec le sol est moins sécuritaire, moins franc, il peut en résulter une hésitation lors du posé du pied au sol. Par ailleurs, les glissades peuvent entrainer des atteintes anatomiques plus ou moins importantes (étirement ligamentaire, déchirure musculaire, etc.). Une entretien peut donc s’avérer nécessaire, sans pour autant devoir tout enlever : une simple taille/tonte pour permettre de dévoiler le coussinet sera suffisant. 

 

Une difficulté à réguler leur température car ils ne transpirent qu'au niveau des coussinets.

 

 

Comment améliorer leur quotidien ?

 

Entretenir les griffes : selon les cas (longueur, âge du chien, pathologie, griffes peu ou jamais entretenues jusque là, etc.), un entretien hebdomadaire ou bi-hebdomadaire sera nécessaire en coupant et/ou en limant. Sans oublier les poils et les coussinets !

 

Adapter l'environnement : investir dans des tapis est l'option la plus simple et efficace. Un intérêt tout particulier sera apporté aux zones de sauts (canapés, lits, marches d'escaliers) afin d'éviter les glissades en réception qui sont sources d'inquiétude mais aussi d'élongations donc d'atteintes répétées (déchirures musculaires, tendinopathies, etc.). Le Dr Julie BUZBY, certifiée par "The American Veterinary Chiropractic Association", a mis en place des bouts de caoutchouc à placer sur les griffes afin de limiter les glissades, notamment sur les vieux chiens. Leur confort est grandement amélioré en leur permettant une meilleure adhérence sur nos sols aux surfaces généralement très lisses.

 

Et de manière générale, en plus d'entretenir leurs griffes le plus régulièrement possible afin d'éviter qu'elles ne soient trop longues, il y a des points sur lesquels il est toujours bon de sensibiliser :

 

Consulter son vétérinaire dermatologue : afin d'écarter tout risque de maladies, qui existent bel et bien au niveau des griffes. Ces dernières sont le reflet de la bonne santé de votre compagnon, il est donc indispensable de les observer et de consulter pour vérifier que tout est en ordre.

 

Limiter le surpoids : c'est un fait, la majorité de nos animaux sont trop gros. Les conséquences sont considérables quel que soit l'âge et l'activité du chien. Il y a un impact sur le métabolisme (favorise le diabète par exemple) et sur les articulations. Cela sera visible parfois tard dans la vie du chien, ce qui est particulièrement insidieux. En effet, pour la majorité d'entre nous, si les effets potentiels ne sont pas immédiats, ils sont pour ainsi dire inexistants ou largement sous-estimés. 

 

Fournir une alimentation de qualité : afin d'apporter les nutriments nécessaires au bon fonctionnement de tous les tissus et structures du corps (et éviter un surpoids également). Renseignez-vous auprès de professionnels spécialisés afin de choisir l'alimentation qui leur conviendra en fonction de leur spécificité (âge, activité, pathologies, etc.).

 

PS : comme pour tout dans le vivant, il y a des idéaux théoriques vers lesquels tendre mais chaque cas est unique et c’est pourquoi il est indispensable de faire consulter son animal par des professionnels de santé afin de savoir où, comment, pourquoi et par quoi commencer. Une fois cela démêlé, tout peut aller très vite, nous sommes nombreux pour vous accompagner et vous conseiller mais, grâce à votre implication, VOUS êtes le moteur décisif de la santé de votre animal.